Register Sign In

New to Wizness Community?

Join Wizness to exchange best-practices and collaborate with peers about the latest topics in the Sustainability world.

Peinture : comment bien la choisir

Public By
Les peintures servent à protéger les supports où elles sont appliquées et, bien évidemment, à l'embellissement par la couleur de la pièce, qui doit aussi refléter la personnalité de l'habitant. Cette triple exigence fait de la peinture, la plupart du temps, un matériau complexe et qui peut se révéler très nocif.

Nombres d'émanations néfastes pour la santé ont été découvertes dans nos intérieurs. Beaucoup d'entre elles viennent des peintures. Les peintures industrielles ou synthétiques habituellement utilisées sont à base de produits issus de composés pétrochimiques (hydrocarbures, alcools…). Elles contiennent des solvants (issus de la pétrochimie) s’évaporant en émettant des composés organiques volatils (COV) toxiques pour la santé et l’environnement (irritations de la peau, du nez, des yeux, de la gorge, troubles respiratoires, risques de maladie plus grave, pollution atmosphérique…). Les COV sont des gaz à effet de serre. Ils ont donc un impact direct sur l'environnement et la santé. Ils sont surtout présents dans les peintures dites glycérophtaliques (ou glycéro, à l'huile), dans les solvants et additifs. On les trouve en plus faible quantité dans les peintures dites acryliques (aqueuse ou peinture à l'eau) et alkydes (mixte), essentiellement dans les solvants et additifs. De plus, par leur production, les peintures industrielles coûtent beaucoup en ressources énergétiques et contribuent à la pollution des sols en fin de vie.

C'est pourquoi l'intérêt des peintures naturelles a émergé, d'abord chez les écologistes convaincus, maintenant pour une large part du grand public. Il faut que les peintures choisies ne soient nocives ni pour la personne qui va l'appliquer, ni pour ceux qui vont habiter la maison par la suite. En effet, l'action des polluants volatiles contenus dans les peintures ne se limite pas au temps de séchage mais continue longtemps après leur application, se dispersant lentement dans la pièce. Ces peintures dégagent après leur mise en œuvre et parfois aussi longtemps - plusieurs années - que la peinture couvre le mur, du toluène, stylène et benzène…

Toute peinture (également laque, vernis, lasure, badigeon…) est composée de :

liants (ou résines) qui sont le constituant principal. Ce sont eux qui amalgament les différents constituants et permettent l'accrochage de la peinture sur son support ;
solvants (diluants) organiques ou à l'eau, qui facilitent l'étalement ;
pigments (ou colorants) pour la coloration ;
charges qui donnent de la consistance ;
éventuellement adjuvants comme des agents épaississants, des siccatifs (séchage rapide), agents de conservation…

Les liants :
Les liants constituants ces peintures sont généralement composés de résines acryliques (molécules monomères volatiles), polyuréthanes ou époxydes. Il sont responsables d'une forte émission de COV et généralement nuisibles pour la santé.

Les solvants :
Ce sont les composés les plus nuisibles des peintures traditionnelles. On y retrouve des composés dérivés des hydrocarbures comme le benzène, le white spirit, le toluène, le cétone et le xylène, qui sont tous les deux cancérigènes. La tendance va vers la suppression totale des solvants minéraux.

Les pigments :
Les peintures industrielles utilisent souvent des pigments extraits du sol à grand frais et constitués essentiellement par des métaux lourds.

Les charges :
Craie et talc subissent des traitements industriels lourds.

Les épaississants et additifs :
Dans les peintures traditionnelles, on retrouve des métaux lourds comme le plomb et le cobalt.
Les produits industriels ont l'inconvénient de générer quantité de déchets toxiques pour leur fabrication (sept kilos de déchets produits pour un kilo de peinture industrielle). Ces peintures sont donc doublement nocives : à la fabrication et durant leurs longues années d'utilisation.

Nous pouvons limiter l'usage de produits nocifs pour la santé et l'environnement en utilisant des peintures naturelles et saines. La plupart des peintures naturelles "écologiques ou biologiques", sans solvants, sont à base de résines et de pigments naturels. Elles utilisent des produits qui permettent de peindre et décorer son intérieur sans s'intoxiquer et sans dégrader l'environnement. Les peintures naturelles utilisent des liants à base de résines naturelles, dérivées de l’huile de lin ou de résine de pin, huiles végétale ou de bois, des solvants naturels, dans une proportion qui est en générale inférieure à 2 % du volume total. Il s’agit en général de dérivé d’huile de lin ou de différents agrumes et aromates (lin, ricin, tournesol, lavande, bergamote, chrysanthème, cire d'abeille…). Les pigments sont d’origine minérale (terre de Sienne, ocres, oxydes de métaux) ou végétales (valériane, thé, oignon par exemple). Les additifs des peintures naturelles utilisent des dérivés de soja, du manganèse ou du calcium. Une peinture vraiment naturelle ne contient aucun dérivés pétrochimiques, COV ou chrome, aucun matériaux toxiques. La base même de leur composition les rend agréables d'odeur, faciles à appliquer, avec un bon pouvoir de pénétration grâce à l'huile de lin. Elle sont naturellement microporeuses (elles régulent l'hygrométrie qui fait respirer les murs). L'air est donc plus sain, ni trop humide, ni trop sec.

Contrairement à ce que l'on peut penser, les peintures naturelles ont une grande longévité (les fresques des églises italiennes de la Renaissance ou même avant sont là pour le prouver). Si elle est appliquée dans de bonnes conditions, en suivant scrupuleusement le mode d'emploi, la durée de vie d'une peinture naturelle n'a rien à envier aux peintures industrielles.

Elles ne sont pas électrostatiques et sont bien évidemment biodégradables. En outre, elles sont inodores et sèchent rapidement. Contrairement aux idées reçues, la gamme de couleurs est très complète. Il reste également le choix et le plaisir de composer (ou de faire composer) sa teinte avec les pigments. Afin d'être sûre de ne pas trouver la même couleur que son voisin ! Une peinture naturelle est de rendement plus élevé, ce qui relativise son prix plus élevé.

Les peintures dites "écologiques" ou "naturelles" ne sont pas réglementées : il n'existe pas encore de label "peinture bio". Lisez donc attentivement les étiquettes sur l'emballage. Car peinture naturelle ne signifie pas inoffensive : ne pas utiliser de solvants dit "essence minérale", proscrire les pigments écologiques comme les chrome, cadmium, mercure ou plomb qui sont des métaux lourds. Les essences naturelles telles que la térébenthine provoquent des troubles neurologiques. Les solvants naturels tels les terpènes d'agrumes ne sont toutefois pas entièrement inoffensifs, ils peuvent même provoquer des irritations de la peau et des allergies. Il faut se protéger la peau en appliquant ces peintures lors de la pose, comme pour les peintures industrielles.

Vérifiez la mention "NF environnement" ou "Eco-label" européen, Ange Bleu en Allemagne, Cygne Blanc pour les pays nordiques. Ces peintures portant le label "NF Environnement" ou "Eco-label" européen ont des critères écologiques un peu différents. Le label "NF environnement" garantit l'absence de métaux lourds (plomb, arsenic, cadmium, mercure), d’hydrocarbures, de COV.

Le label "Eco-label" européen garantit :

l’absence de métaux lourds,
la teneur réduite de substances dangereuses (solvants) pour l’environnement et la santé,
un minimum de pouvoir masquant pour les peintures et une résistance à l’eau pour les vernis,
un faible contenu en COV et en hydrocarbures aromatiques volatils (HAV),
une réduction des émissions de soufre au cours de la production de dioxyde de titane,
une réduction des déchets dangereux issus de la production du dioxyde de titane,
un mode d’emploi pour les utilisateurs incluant des conseils sur la conservation du produit, la gestion des déchets et le nettoyage des outils.

Ce qui veut dire que les peintures, même labellisées, ne sont pas garanties non polluantes à 100 % (elles émettent quand même 100 à 300 fois moins de COV). Car ces peintures plus écologiques sont en fait redécouvertes à partir de recettes anciennes. Elles bénéficient aujourd'hui des techniques de fabrication moderne.

Les peinture naturelles se révèlent donc indispensables, plus que n'importe où ailleurs, dans une chambre d'enfant : sur les murs, sur les meubles et sur les jouets en bois. Concentrez-vous sur les chambres d‘enfant. En effet, les petits passent beaucoup de temps dans ces pièces et sont plus sensibles aux conséquences néfastes des solvants.
Toutes les familles de produits sont disponibles en naturel : les peintures d'intérieur, d'extérieur, mates, satinées, décoratives, pour métal... Les produits pour le bois avec notamment les laques brillantes ou satinées, les lasures, les huiles, les cires pour parquet, les meubles et les plans de travail, les produits d'entretien, les vitrificateurs. N'hésitez pas à vous lancer dans la peinture à la caséine (composant du lait), à la chaux, à l'argile, à l'huile de soja... Les techniques d'impression sont les mêmes : préparation soigneuse du support, ponçage et égrenage des peintures existantes, surtout anciennes et pose d'une couche d'apprêt, puis plusieurs (au moins deux) couches fines.

Join Wizness now to:
  • Access the latest Sustainability news and events
  • Share and rate good pratices with peers
  • Collaborate around Sustainability main challenges