Register Sign In

New to Wizness Community?

Join Wizness to exchange best-practices and collaborate with peers about the latest topics in the Sustainability world.

Rapport 2010 sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement

Public By
#Environment #Labor Practices #Society
A moins de deux semaines du sommet spécial de l’ONU sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), qui se déroulera du 20 au 22 Septembre à New-York, il est temps de faire le point sur les avancées réalisées envers « la promesse la plus importante jamais faite aux populations les plus pauvres du monde ». Dans le but d’évaluer les progrès accomplis mais aussi informer sur les enjeux de ce sommet qui réunira plus de 100 chefs d’états, un rapport 2010 a été publié en juin dernier. Il souligne un « certain nombre de succès » mais dénote un «manque de progrès sensibles pour un grand nombre d’objectifs ».




Au deux tiers de la date boutoir fixée pour atteindre les {{LNK|Objectifs du Millénaire pour le Développement|http://www.un.org/fr/millenniumgoals/}}, de nombreux progrès ont été réalisés dans certains domaines mais dans l’ensemble beaucoup reste à faire. Quel bilan peut-on dresser de chacun des 8 objectifs que les États membres de l'ONU ont convenu d'atteindre d'ici à 2015 ? Un tableau synthétique reprenant les informations ci-dessous par zones géographiques est téléchargeable en fin d’actualité.

1. Réduire l'extrême pauvreté et la faim : « Le nombre relatif de ceux qui vivent avec moins de 1,25 dollars par jour en valeur fixe dans les PED est tombé de 46% l’année base de 1990 à 27% en 2005 », pour un objectif de 15% pour 2015. Malgré cette amélioration, il restait tout de même 1,4 milliards de personnes en situation d’extrême pauvreté en 2005. De plus, « le nombre d’individus dénutris ne cesse d’augmenter […] : environ ¼ des enfants de moins de 5 ans souffre d’insuffisance pondérale ».

2. Assurer l'éducation primaire pour tous : des « gains importants ont été réalisés dans la scolarisation primaire des enfants dans un grand nombre de pays pauvres, spécialement en Afrique ».

3. Promouvoir l'égalité et l'autonomisation des femmes : « les progrès sont anémiques sur tous les fronts, de l’éducation à l’accès aux processus de décision politique ».

4. Réduire la mortalité infantile : « Des interventions clés (contrôle du paludisme ou du VIH) ont connu des améliorations remarquables qui ont fait passer la mortalité infantile de 12,6 millions de décès en 1990 à 8,8 millions en 2008 ».

5. Améliorer la santé maternelle. : « Un nombre plus grand de femmes bénéficient de soins prénatals » mais des inégalités flagrantes persistent : seulement 1 femme sur 3 peut en bénéficier. De plus, « la réduction du nombre de grossesses chez les adolescentes est au point mort et les progrès dans le recours à la contraception chez les femmes ont ralenti ».

6. Combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d'autres maladies : de nombreux progrès ont été réalisés dans ce domaine : « le nombre de personnes recevant une thérapie antirétrovirale a décuplé » et la fourniture d’interventions antipaludiques s’est accélérée.

7. Assurer un environnement humain durable : Malgré de nombreux engagements pour promouvoir une meilleure gestion du capital environnemental de la planète (comme le Protocol de Kyoto), « le monde a perdu 13 millions d’hectares de forêts chaque année durant la dernière décennie », et les émissions de gaz carbonique ont augmenté de 50% entre 1991 et 2007. Cet objectif reste donc très inquiétant.

8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement : « L’aide publique au développement a augmenté en 2008 et 2009, atteignant un total annuel de près de 120 milliards de dollars ; les pays pauvres et PED ont un accès meilleur aux marchés des pays riches ; et les dettes des PED se sont allégées ».

Les mauvais résultats de certains domaines peuvent s’expliquer par des « engagements non tenus, des ressources inadéquates, l’absence d’orientations claires et de responsabilisation et un attachement insuffisant à la cause du développement durable ». Ils dénotent également des désavantages persistants suivant certaines caractéristiques des populations, comme leur « emplacement géographique, leur sexe, leur âge, un handicap ou leur appartenance ethnique ». Les progrès ont donc été réalisés inégalement et les populations les plus vulnérables sont en général localisées près de conflits armés. En effet, huit des dix endroits les plus pauvres de la planète sont victimes de conflits ou viennent tout juste de sortir d’un conflit armé.

« Ce {{LNK|rapport|http://www.mediaterre.org/international/actu,20100811173003.html}} montre que les objectifs peuvent être atteints lorsqu’une mise en main nationale des stratégies et des politiques de développement est accompagnée du soutien des partenaires internationaux au développement » explique Ban Ki-moon, Secrétaire Général des Nations-Unies, dans la préface du rapport 2010 sur les OMD. Puis d’ajouter : « Il est cependant clair en même temps que l’amélioration de la vie des pauvres est encore lente et insuffisante, et quelques gains obtenus à grands efforts ont été gâchés à cause des crises climatiques, alimentaires et économiques. Des milliards de gens se tournent vers la communauté internationale pour réaliser le grand rêve que symbolisent les objectifs du Millénaire pour le développement. Il faut que nous tenions cette promesse ».

Mais le {{LNK|sommet|http://www.un.org/fr/mdg/summit2010/index.shtml}} qui se tiendra dans 15 jours arrivera-t-il à accorder les pays sur un programme d’action mondiale pour tenir cette promesse d’ici 5 ans ? Si l’on en croit l’Institut de Recherche Internationale pour la Paix de Stockholm, la réalisation des OMD couterait aux états 135 milliards de dollars, ce qui représente environ un dixième des dépenses militaires dépensées dans le monde en un an. Cela donne à réfléchir…


Download the attached file: MDG_Report_2010_Progress_Chart_Fr.pdf


Join Wizness now to:
  • Access the latest Sustainability news and events
  • Share and rate good pratices with peers
  • Collaborate around Sustainability main challenges