Register Sign In

New to Wizness Community?

Join Wizness to exchange best-practices and collaborate with peers about the latest topics in the Sustainability world.

Déclaration d'une coalition d'investisseurs pour de meilleures conditions de travail dans le secteur électronique

Public By
#Labor Practices
Suite à la série de 10 suicides survenus dans les usines du groupe Foxconn Technology en Chine, une coalition de 45 investisseurs internationaux a publié une déclaration afin de pousser les constructeurs électroniques de leurs portefeuilles à améliorer les conditions de travail des usines de leurs fournisseurs. Les entreprises Apple, Dell, Hewlett-Packard (HP), Motorola, Nokia et Sony ont été directement visées par cette déclaration publique, et sont vivement encouragées à « saisir cette opportunité pour construire sur le long-terme des chaines d’approvisionnement plus responsables».




Le secteur électronique impose aux ouvriers des conditions de travail très difficiles: nombreuses heures supplémentaires, harcèlement de la hiérarchie, stress, problèmes de santé physique ou mentale qui peuvent conduire à des suicides, comme récemment dans le cas des usines Foxconn. Malheureusement, ces problèmes ne sont pas spécifiques à Foxconn ou aux usines chinoises mais « révèlent des défis systémiques », explique la coalition des investisseurs dans sa déclaration. Cette dernière indique également : « Alors que quelques changements des conditions de travail et de compensation ont été réalisés, il n’y a pas de nette amélioration des conditions générales. Une partie du problème vient de la réticence de la plupart des marques à révéler la nature et la sévérité des problèmes rencontrés dans les infrastructures, et de ce qu’elles vont mettre en place pour y répondre ».

Afin de mieux relever ces défis au sein du secteur électronique, la coalition propose les solutions suivantes pour garantir une conformité stricte au sein des chaines d’approvisionnements :

1. Fournir des lieux de travail sûrs et non abusifs qui donnent la parole aux ouvriers souhaitant maintenir et améliorer les conditions de travail.
2. Offrir des formations continues sur les droits des travailleurs, les procédures des usines, la communication et les mécanismes de réclamations.
3. Suivre de près les heures supplémentaires et être sur qu’elles soient réalisées volontairement.
4. Former les superviseurs et managers pour éliminer le harcèlement et toute autre forme d’abus.
5. Soutenir les droits des travailleurs à la représentation syndicale et la négociation collective.
6. Etudier si la situation sociale des travailleurs migrants joue un rôle sur l’anxiété, le stress et le taux de suicides des ouvriers, et dans ce cas, identifier des pratiques sociales et industrielles de prévention de ces problèmes.

"Nous pensons que [cette déclaration] est un signal fort envoyé à l’industrie électronique pour intensifier ses efforts d’amélioration des conditions de travail et de qualité de vie des ouvriers produisant leurs produits. Nous pressons les entreprises, fournisseurs, gouvernements et investisseurs à se focaliser sur le développement de chaines d’approvisionnements durables qui atténuent les risques et construisent des lieux de travail sains et harmonieux » informe Steven Haim, Directeur de ESG Research and Shareholder Advocacy au Boston Common Asset Management.

En parallèle, la {{LNK|Coalition Citoyenne de l’Industrie Electronique (CCIE)|http://www.eicc.info/}}, qui regroupe 40 entreprises du secteur, s’est engagée à améliorer les conditions de travail et a adopté un {{LNK|Code de Conduite|http://www.eicc.info/EICC%20CODE.htm}} pour « encourager l’adoption de pratiques RSE par toutes les entreprises et fournisseurs de TIC ». Néanmoins, même si cette initiative est approuvée par la coalition des investisseurs, ces derniers restent critiques à son égard et lui reprochent de réunir trop d’informations au lieu de faire des recommandations concrètes : « Nous pensons que la CCIE pourrait être beaucoup plus affirmée et proactive dans la protection des droits des travailleurs ». De plus, Foxconn est un membre de la CCIE, ce qui montre bien une déconnexion entre l’appartenance à l’organisation et ce qui se passe réellement au sein des usines locales. Dans un tel contexte, les investisseurs recommandent une « conformité complète des pratiques des chaines d’approvisionnements ».

Un nouveau {{LNK|rapport de Maplecroft|http://www.maplecroft.com/about/news/labour-standards-china.html}} met quant à lui en lumière les difficiles conditions de travail en Chine, et renforce le besoin urgent de construire des chaines d’approvisionnement durables partout dans le monde. « Les suicides de Foxconn sont les tous derniers signaux d’une alarme qui n’a cessé de sonner depuis de nombreuses années maintenant. Les fondations de notre système industriel mondial ne sont pas soutenables. Sans le soutien d’investisseurs luttant pour un changement significatif dans les usines, nous continuerons à dériver de crises en crises » explique Adam Kanzer, Directeur Général et Conseiller Juridique de Domini Social Investments.

Cette initiative d’investisseurs illustre avec force le pouvoir de l’{{LNK|Investissement Socialement Responsable|http://www.novethic.fr/novethic/investissement-responsable/developpement-durable/fonds-ethiques/117806.jsp}} comme outil de promotion et d’incitation à la RSE auprès des entreprises : « En tant qu’investisseurs ayant une perspective à long-terme, nous reconnaissons que ces investissements en valorisation de salaires, formations et suivis seront nécessaires pour relever ces défis, et doivent contribuer à la viabilité du système ». A ce jour, l’Investissement Socialement Responsable représente un marché de 50,7 milliards d’euros en France et participe activement à la construction d’une « économie durable et équitable ».




Join Wizness now to:
  • Access the latest Sustainability news and events
  • Share and rate good pratices with peers
  • Collaborate around Sustainability main challenges