Register Sign In

New to Wizness Community?

Join Wizness to exchange best-practices and collaborate with peers about the latest topics in the Sustainability world.

Rapport du Comité 21: Les PME et l’Achat Responsable

Le Comité 21, comité français pour l’environnement et le Développement Durable, en partenariat avec Ecoeff, a publié un rapport sur les PME et l’achat responsable. Le rapport s’attache à répondre à la problématique suivante : « Comment les donneurs d’ordre publics et privés peuvent-ils aider les fournisseurs à répondre aux nouvelles exigences d’achats durables ? ».
Dans cette note synthétique, les donneurs d’ordres trouveront des outils méthodologiques et des retours d’expériences concrets dans l’optique d’inciter et d’aider leurs fournisseurs à s’investir dans une démarche d’achats responsables.


Selon le Comité 21, les achats durables représenteraient un levier important permettant de « mettre en cohérence les pratiques d’une entreprise avec sa politique de Développement Durable ». Effectivement, les grandes entreprises sont de plus en plus nombreuses à se sensibiliser et à s’investir dans des politiques plus responsables, et plus concrètement dans des démarches d’achats durables. Leurs acheteurs sont donc à même d’imposer des exigences strictes en la matière à leurs fournisseurs, et donc d’influencer fortement et positivement leurs pratiques.

Cependant, ces fournisseurs qui sont généralement des PME, sont encore peu nombreux à s’investir de leurs propres initiatives dans des démarches durables, le « contexte réglementaire et normatif représentant des freins » à leurs engagements selon le Comité. En général, les PME sont donc peu nombreuses à répondre aux clauses de Développement Durable des appels d’offres des grandes entreprises.

Or, beaucoup de donneurs d’ordres de ces grandes entreprises peuvent être amenés à faire pression sur leurs fournisseurs ou sous-traitants afin qu’ils responsabilisent leurs produits ou leurs pratiques : ils « imposent des exigences de durabilité sans se soucier d'amorcer un dialogue autour de la répartition des coûts ou des modalités de mise en œuvre des actions ».

Dans ce contexte plusieurs types de relations ont été identifiées par le Comité 21, définies en fonction des relations « donneurs d’ordres-fournisseurs » que les différente parties prenantes peuvent amorcer :

1. Une approche Top-Down : c'est-à-dire que le donneur d’ordre décide entièrement de la mise en œuvre de sa politique d’achats durables,

2. Une approche collaborative : la politique est née d’une concertation plus avancée entre les PME et le donneur d’ordre,

3. Une approche interne : le donneur d’ordre cherche à mieux comprendre l’univers et les attentes des PME, et prend en compte leurs besoins dans sa politique.

Le rapport met également l’accent sur certaines étapes indispensables à une bonne collaboration entre donneurs d’ordres et fournisseurs, comme par exemple :

- La priorisation des domaines sur lesquels concentrer leurs efforts, en fonction du cœur de métier des entreprises,
- L’information des objectifs et des exigences des donneurs d’ordres,
- La sensibilisation des fournisseurs aux enjeux environnementaux, sociaux et économiques.

Cette liste n’est bien sur pas exhaustive, et peut fortement varier suivant le type d’approche envisagée, ainsi que la volonté des acteurs eux-mêmes.



Mais au fait...acheter responsable, ça veut dire quoi ?

D’après le site {{LNK|ABCvert.fr|http://www.abcvert.fr/achat-responsable.html}}, l’achat responsable est « l’intégration des critères de développement durable dans les pratiques d’achat. ». Il se traduit donc par des « stratégies d’optimisation (utilité et efficacité des achats pour une meilleure adéquation avec les besoins réels…) et la prise en compte de critères environnementaux et sociaux dans le choix des fournisseurs et des produits ».

La note du Comité 21 précise quant à elle que : « L’achat durable est un acte d’achat ambitieux construit sur les trois piliers du développement durable (l’économique, le social et l’environnemental) et dont la finalité est d’atteindre un niveau d’exigence et une performance supérieurs à la moyenne des achats courants. Il mobilise pour ce faire plus de moyens en termes de réflexion stratégique, de temps de préparation, de suivi et de contrôle. »

L’achat responsable né d’une bonne collaboration entre le donneur d’ordre et le fournisseur peut s’avérer une excellente source d’innovation, et donc assurer un gain de compétitivité non négligeable aux PME comme aux grandes entreprises. Grace à une approche collaborative comme celle présentée dans la note du Comité 21, les PME peuvent prendre conscience de l’enjeu stratégique d’une telle politique et se positionner plus facilement sur ce marché de plus en plus porteur.

{{LNK|Télécharger le rapport complet du Comité 21|http://www.comite21.org/publications/index.html?page=Publication&level=1#2437}}



Join Wizness now to:
  • Access the latest Sustainability news and events
  • Share and rate good pratices with peers
  • Collaborate around Sustainability main challenges